Livre 5/5

LE PRISONNIER DES RÊVES

Galhames est prisonnier dans une autre dimension, il n’a aucun moyen de s’en échapper. A l’aide d’un terrien, Skyvia va tout mettre en œuvre pour le retrouver et le sauver. Mais dans le même temps, la guerre spatiale continue, des stratégies doivent être inventées pour espérer la gagner. Le retour des Antariens dans leur galaxie est-il proche ? Vont-ils retrouver enfin la paix.

Le livre sera bientôt disponible

Extrait du premier livre des Antariens « Nouvelle ère Antarienne » :

Je m’appelle Dominique, j’habite dans le nord de la France. J’ai 50 ans et je viens d’obtenir mon diplôme d’Ingénieur Pédagogique Multimédia, à l’université de Villeneuve d’Ascq. Depuis cinq ans, je travaille à améliorer mes compétences du numérique. Je suis employé dans un centre de formation de Valenciennes, mon métier est formateur concepteur en informatique. Je produis et donne des cours, je développe des outils numérique que je publie sur le Web, j’accompagne les formateurs dans leur prise en main du digital et je suis responsable d’une plateforme numérique de Formation. Il est cinq heures du matin, je me lève et je me met en tenu pour aller m’occuper des chevaux. Je commence par sortir mes chiens, je remplis les gamelles de croquettes des chats et des chiens. J’arrive à l’entré des box, mon rituel est de dire bonjour à mes chevaux : « Comment allez-vous aujourd’hui les chevaux ? Roxane, Kioto. Je suppose que vous êtes content de sortir… »

Une fois les chevaux en pâture, je nettoie les box, je remplis les sauts d’eau et j’ajoute une petite pelle de grain dans les mangeoires. Je branche le courant des clôtures et je me dirige vers la maison afin de prendre une douche. Je prépare le café, les tartines et je prend mon petit déjeuner avec ma femme au lit. « Bonjour ma chérie, as-tu passé une bonne nuit ? »

« Bof, pas vraiment, répond Pascale, ma femme, tu as ronflé toute la nuit, j’ai dû mettre des boules quies… »

« Désolé, je suis encore enrhumé, j’ai du mal à respirer et de ce fait, je ronfle. Bon, il est déjà 6H45, je dois y aller si je ne veux pas rater mon train, à ce soir. »

Je sors ma voiture et je me dirige vers la gare d’Hirson, la ville la plus proche de chez moi, le train part à 7H13. Pendant le voyage, je sors ma tablette et je regarde un film, je m’assoupis quelques minutes puis j’arrive en gare de Valenciennes. Je prend le tramway en direction de la société pour laquelle je travaille et je rejoint mon bureau au deuxième étage. Mes journées de travail son très variées, je peux tout aussi bien donner des cours à des stagiaires du centre de formation ou à des salariés d’entreprise. Sinon, je travaille sur des projets ayant rapport aux nouvelles technologies de la formation, des vidéos interactives, des jeux sérieux ou de la formation mixte.

« Bonjour Dominique, interpelle Virginie, ma patronne, mardi prochain, nous devons tenir un atelier à Villeneuve d’Ascq sur les nouvelles pédagogies du numérique. J’aimerais que tu organises cet atelier avec un autre ingénieur pédagogique et un consultant. »

« Très bien, mais qu’attends-tu de moi ? Le numérique, c’est vaste. »

« En fait, précise Virginie, l’atelier sera articulé en six étapes, nous demanderons aux participants présents, de citer une innovation numérique appliquée à la pédagogie apparue ces dernières années, ensuite l’ingénieur pédagogique que nous avons invité et toi allez partager votre expérience de ces nouvelles pédagogies. Suite à ces témoignages, vous devrez expliquer en quoi contribue l’utilisation du numérique dans l’éducation, Quelles sont les limites ? Quels sont les problèmes que l’on rencontre ? Le numérique dans la pédagogie et à quelles conditions ? A la fin de l’atelier, vous récolterez les travaux et vous ferez une synthèse en échangeant un maximum avec les participants. »

« Génial comme idée, ça m’intéresse, je vais prendre contact avec mes collègues et nous allons préparer un plan d’action pour cet atelier. »

Le soir, je termine vers 17H00, je reprend le train de 18H02, j’arrive chez moi vers 19H00. Les jours de la semaine sont devenus une routine quotidienne qui par moment, m’ennuie. Mais c’est ma vie et je ne m’en plains pas. Toutefois, je me dis que je pourrait être autre chose qu’un simple formateur, mal payé, avec de plus grandes responsabilités mais surtout avec plus de considération.